Vincent Andreas

Vie:

Vincent Andreas est né à Berlin en 1972. De 1989 à 1991, il suit les cours de composition de Bertold Türcke et des professeurs Frank-Michael Beyer, Friedrich Goldmann, Gösta Neuwirth et Dieter Schnebel à la Hochschule der Künste, ainsi que les leçons d'harmonie des professeurs G. Neuwirth et H. Fladt. Boursier de la Karl-Hofer-Gesellschaft, il termine en 1996 son diplôme de composition.

Outre ses compositions de musique de chambre destinées aux ensembles Modern et Boris Blacher, il écrit des pièces scéniques dans le cadre du cours de maître « Junge Opernkomponisten » à Rheinsberg, sous l’experte conduite d’Aribert Rheinsberg et Siegfried Matthus. Sur commande, il a écrit des musiques de film en collaboration avec l’orchestre de cinéma DEFA de Babelsberg, ainsi que des pièces pour les séries de concerts « Unerhörte Musik ». Il a également écrit pour le « Berliner Sängerbund ».

Vincent Andreas puise son inspiration dans la musique postsérielle (Friedrich Goldmann), dans le postmodernisme (Hartmut Fladt) et le contrepoint des maîtres néerlandais (Gösta Neuwirth). Par conséquent, la limitation à une cellule de base, la focalisation sur la totalité des douze sons, et le déploiement de matériel musical qui découle de l’utilisation de techniques sérielles marquent son style. Vincent Andreas s’efforce toujours de se dégager du pathos tel que le perçoit le postmodernisme.

En plus de ses activités de compositeur et de directeur du chœur de chambre de Nikolassee (qu’il a fondé en 1992), Vincent Andreas acquiert de l’expérience comme auteur de scénarios et de textes en prose. Il s’intéresse également à la mise en scène et à la synchronisation. Vincent Andreas vit à Berlin.

Source : site du chœur de chambre de Nikolassee/traduction Daniel Fattore

Œuvres :

Requiem de Frédéric Chopin (2000) pour chœur, solistes et ensemble instrumental
We Wish To Hold The Whole Sky (2003) pour chœur, quatuor de saxophones, synthétiseur et violon solo, sur des messages d’erreur Windows

Retour au sommaire des compositeurs
Retour à la une