Thierry Besançon

Vie:
Fils du trompettiste André Besançon, natif de Morges (VD/Suisse), Thierry Besançon étudie le piano et la percussion à 8 ans et obtient à l'âge de 15 ans le titre de « Champion toutes catégories » à la 2e finale des solistes vaudois. C'est avec une mention « excellent » qu'il passe son certificat de piano 2 ans plus tard en 1996. Il intègre dans la foulée le poste de percussionniste supplémentaire à l'Orchestre de la Suisse Romande ainsi qu'aux Orchestres de Chambre de Lausanne et Genève.

Diplômé à 20 ans pour l'enseignement du piano et de la percussion, il oriente résolument sa carrière de musicien vers cette dernière discipline. Preuve en est son titre de titre « Champion suisse de vibraphone » à Altishofen et sa performance soliste au concert de l'Orchestre Symphonique des Conservatoires Neuchâtelois, avec le Concerto pour batterie de Darius Milhaud.

2001 sera l'année de sa virtuosité de percussion avec félicitations et son diplôme de théorie. Puis il sera remarqué en 2002 comme soliste au concert des Lauréats du Conservatoire de Lausanne, où il joue le concerto pour vibraphone d'E. Séjourné avec l'Orchestre de chambre de Lausanne.

A 25 ans, il obtient en 2004 son diplôme de direction d'orchestre avec mention.
Thierry Besançon a dirigé diverses formations (le Sinfonietta de Lausanne, l'Orchestre Symphonique de musiques de films, l'Harmonie de l'Ecole de Musique de Rolle…). Il est chef invité permanent du Centre de Percussions de La Côte, avec lequel il a monté dernièrement l'opérette Les deux aveugles de Jacques Offenbach.

Amateur d’effets, l’homme avoue une prédilection pour les compositeurs hollywoodiens (John Corigliano, entre autres), auprès desquels il souhaite se perfectionner. C’est du reste en regardant le film Batman de Tim Burton (musique de Danny Elfman) qu’il a le déclic. Il reste fidèle à ce compositeur pour apprendre les rudiments de cet art.
Biographie officielle/Jean-Luc Berthoud, Journal d’Yverdon/Daniel Fattore

Oeuvres:
Elliot, poème symphonique pour grand orchestre
Dame Helvétie, cantate satirique pour six solistes, cinq chœurs et trois orchestres, texte d’Eörs Kisfaludy
Grobotnic, poème symphonique pour grand orchestre
Landwehrland, affabulation musicale pour harmonie, chœurs et solistes, texte d’Eörs Kisfaludy
Le Bal des champignons, conte musical pour harmonie et récitant
Le coq, la mouche et l’autour, conte musical pour orchestre symphonique et récitant
Le Prince des ténèbres, oratorio profane pour grand orchestre, chœur, orgue et solistes, texte d’Eörs Kisfaludy
Loups, musique du court métrage de Hugo Veludo
Mirabelle, conte musical pour orchestre symphonique et récitant

Retour au sommaire des compositeurs
Retour à la une