Rudolf Mauersberger

Vie:
Le compositeur et chef de choeurs allemand Rudolf Mauersberger est né le 26 janvier 1889 à Mauersberg ; il s’est éteint le 22 février 1971 à Dresde. Il est le fils aîné d’un maître de chapelle et enseignant actif à Mauersberg, en Saxe. Après avoir suivi une formation d’enseignant, Rudolf Mauersberger a poursuivi ses études musicales au Conservatoire de Leipzig.

En 1919, Rudolf Mauersberger accepte d’officier comme organiste et chef de chœur à Aix. En 1925, il occupe les fonctions de directeur musical de l’Eglise protestante de Thuringe, basée à Eisenach. C’est en 1931 qu’il s’en va pour Dresde, afin d’assumer la direction du Dresdner Kreuzchor, chœur de garçons dont il devient maître de chapelle pour 40 ans, jusqu’en 1971. Son influence sur l’ensemble a été déterminante. Il en a fait un ensemble de renommée internationale après l’avoir fait revivre au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Sa première tournée aux Etats-Unis, en 1935, a connu un succès retentissant, en dépit des difficultés politiques qui caractérisent l’époque.

Le bombardement de Dresde (13 février 1945) a détruit la Kreuzkirche, l’école qui lui était rattachée, l’internat, la bibliothèque musicale et les archives du chœur – un événement qui marque le musicien. Après la guerre, Rudolf Mauersberger ne perd pas de temps. Le 4 août 1945, il dirige en première mondiale un motet qu’il a lui-même composé, Wie liegt die Stadt so wüst, dans les décombres de la Kreuzkirche. C’est du reste sa toute première composition, et la première d’un cycle consacré à la ville de Dresde, sur des textes bibliques et contemporains.

Lorsque son frère, Erhard Mauersberger, est nommé Thomaskantor en 1961, Rudolf Mauersberger dirige le Dresdner Kreuzchor depuis trente ans déjà. Les liens du sang favorisent une collaboration entre les deux ensembles, notamment pour des exécutions de la Messe en si (BWV 232) et l’enregistrement de la Passion selon Saint Matthieu (BWV 244) en 1970, pour lesquels les deux frères se sont partagé la direction : alors que Rudolf Mauersberger s’occupait des chœurs, Erhard dirigeait les parties solistes.

Rudolf Mauersberger s’est montré un pédagogue brillant. Il a fait du Kreuzchor un instrument au charme unique, et a fait la preuve de son talent de compositeur. Outre ses motets, chœurs et cycles, son Dresdner Requiem et sa Passion selon Saint Luc pour double chœur a capella méritent qu’on s’y attarde.

Source : Bach Cantatas Website/traduction Daniel Fattore

Œuvres :
Wie liegt die Stadt so wüst (1945) pour chœur mixte, sur des textes de Jérémie
Dresdner Requiem (1948/1961)

Retour au sommaire des compositeurs
Retour à la une