Peteris Vasks

Vie:
Peteris Vasks est né le 16 avril 1946 à Aizpute, dans l'ouest de la Lettonie. Il reçoit ses premières impressions musicales à l'église, où son père est pasteur, et à la maison, où chantait sa mère. A huit ans, il s'initie violon au conservatoire local. C'est là le moment de ses premières compositions. Sa première composition pour choeur date de 1956. Elle est basée sur un texte démocratique-révolutionnaire de Janis Rainis (1865-1929). Entre 1959 et 1964, il apprend la contrebasse à Riga et joue dans l'orchestre de l'opéra national de Lettonie. Cependant, à cause du métier de son père, il ne peut entrer au conservatoire national. Cela détermine chez Vasks son anticonformisme. Il cherche sa voie à l'étranger, s'engageant dans l'orchestre national de Vilnius (Lituanie). Il revient dans sa patrie en 1969, étudie la composition auprès de Valentius Utkins au Conservatoire national de Lettonie. La décision de se faire compositeur est venue à Peteris Vasks suite au contact avec l'avant-garde musicale polonaise active à Vilnius. Les années 70 sont marquées par les premières productions de musique de chambre du nouveau compositeur: Gramata (1978) pour violoncelle solo date de 1978 et suscite de l'intérêt chez ses contemporains. Refusant le compromis, Vasks décline toute fonction ou commande officielle. Il devient donc chef de musique populaire à danser, et devient professeur dans ce genre. Il enseigne la théorie musicale et la composition dès 1989, au terme d'une décennie qui l'a consacré comme l'un des compositeurs lettons les plus connus. Jouées en Europe et en Amérique du Nord, les commandes de l'étranger se font nombreuses.
Le style des débuts de Peteris Vasks rappelle celui des "classiques" du XXe siècle: Bartók, Shostakovich. Sa musique reste cependant très personnelle, enrichie par la découverte de modèles sémantiques issus des impressionnistes et des romantiques (In memoriam pour deux pianos, 1977). Vasks se sert également de la symbolique des oiseaux (Musik der vertriebenen Vögel pour quintette à vents, 1977), Landschaft mit Vögeln pour flûte solo, 1980), mais il évite les clichés romantiques liés à la nature, suivant l'exemple d'un George Crumb. Il touche au minimalisme (Gramata, Cantabile per archi (1979), Weisse Landschaft pour piano (1980)). Dans sa musique s'opposent émotions négatives et expression lyrique douce au caractère tranquille et élégiaque. Dans ses pièces pour choeur, le climat épique domine. DF

Oeuvres:
Musik der vertriebenen Vögel (1977) pour quintette à vents
Gramata (1978) pour violoncelle solo
Cantabile per archi (1979)
Landschaft mit Vögeln (1980) pour flûte solo
Weisse Landschaft (1980) pour piano seul

Retour au sommaire des compositeurs
Retour à la une