Brève présentation des « Dames très dignes ».

 

Texte d’Olivier Mathieu écrit en 1969 et publié en 1983.

 

            Après « Olivier et Gertrude », voici un nouveau texte d’enfance d’Olivier Mathieu, « Les Dames très dignes ».

            Comme « Olivier et Gertrude », il s’agit d’un texte de 1969 et que l’auteur, donc, a écrit à l’âge de huit ans - avant de le publier en 1983, en un très petit nombre d’exemplaires.

            « Olivier et Gertrude » était un texte amusant, et assez remarquable pour un auteur de huit ans.

Que dire des « Dames très dignes » ? Etonnant ? Décapant ? Stupéfiant ? « Incroyable », chez un enfant de huit ans ? Surréaliste ? Rabelaisien ? Presque scandaleux ?

Ou encore, ne peut-on apprécier, derrière les thèmes qui sont traités ici, ou derrière le vocabulaire employé, ce qui apparaît en vérité comme la naïveté voire la pureté d’un gamin – mais d’un gamin qui a un sacré talent ! - qui n’a pas encore neuf ans ?…

Il ne faut surtout pas oublier qu’Olivier Mathieu, qui n’alla jamais à l’école, ne connaissait pas « l’hypocrisie sociale » et que, pour lui, à l’âge de huit ans, tout était « bon à dire ». Il y a dans les Dames très dignes une fantaisie, une exagération, une maturité parfois, une rébellion notables. Ou, pour le dire mieux, une aptitude à la provocation, aptitude d’autant plus étonnante qu’elle était naturelle, absolument pas « fabriquée ». Olivier Mathieu lui-même expose de quelle façon, à une époque (huit ans) où il était non seulement impubère mais où, en outre, n’allant pas à l’école et n’ayant pas la télévision, il était totalement ignorant au sujet du sexe, il employait le mot « enculer » (ou des mots dérivés de ce verbe) sans en connaître vraiment le sens, simplement parce qu’il avait deviné la charge explosive de certains termes.

Nous préférons que ce soit le lecteur qui « juge » ce texte et, à travers lui, l’écrivain en herbe qu’était alors Olivier Mathieu – donc celui qu’il est devenu…

Nous espérons présenter, prochainement, « L’Enfance du Fou », de façon à ce que la « trilogie » des « comédies » de 1969 d’Olivier Mathieu soit accessible – et cela pour la toute première fois ! - au public le plus large possible.

A ce propos, l’auteur lance un appel : il désirerait retrouver des exemplaires de l’édition de 1983 de ces trois comédies. Si quelqu’un possède ces titres, il peut entrer en contact avec Olivier Mathieu.

On ne peut donc attendre L’Enfance du Fou qu’avec impatience.

 

 

Daniel FATTORE.

 

Retour à la rubrique des Nouvelles Littéraires

Retour au sommaire